L’action internationale des collectivités territoriales à l’épreuve de la Métropole

Le troisième volet de la décentralisation, débuté en décembre 2013 modifie la gouvernance en place dans les territoires français. La communauté d’agglomération Grenoble Alpes-Métropole deviendra au 1er janvier 2015 une métropole, au sens législatif de la loi de modernisation de l’action publique et d’affirmation des métropoles, votée en janvier 2014. La nouvelle métropole connaît ses détracteurs, particulièrement à Grenoble, où son faible degré d’intégration ne favorise pas le consensus. Néanmoins, nous pensons qu’au delà d’un simple changement d’échelle, la métropole est une opportunité pour le développement territorial de l’agglomération grenobloise. Ainsi, pour que la métropolisation s’opère facilement, il est essentiel que l’action publique métropolitaine soit réinterrogée. Pour cela, les actions internationales menées par les collectivités membres de la future métropole peuvent être un outil pertinent : l’action internationale des collectivités territoriales a en effet, par ses spécificités une capacité forte à renouveler l’action publique. Il s’agira dans ce mémoire de comprendre comment cette capacité peut favoriser la construction intégrée du projet de territoire de la nouvelle métropole grenobloise.